Archives mensuelles : novembre 2011

L’erreur européenne, quand le rêve devient cauchemar

États-Unis d’Europe ou Fédération Européenne des Régions

Il arrive parfois que la théorie des types logiques de Bertrand Russell puisse encore nous servir. Le drame actuel de l’Europe repose sur une erreur logique; celle de penser qu’un ensemble d’États,  pour certains d’entre eux millénaires, pourrait constituer un État. Une fédération ou une confédération ne s’est jamais constituée à partir d’États souverains. Elle n’est possible qu’entre des entités politiques non régaliennes (Provinces [Canada], Régions [France], Cantons [Suisse], Ländereien [Allemagne], Nations [UK], États [USA], Communautés Autonomes [Espagne] ou Linguistiques [Belgique], etc.). Après toutes ces années, il est maintenant clair qu’aucun des États actuels membres de l’UE n’acceptera de renoncer à sa souveraineté et les peuples mêmes de ces États ne le veulent pas. Chacun des États, du plus peuplé au moins peuplé, défend ses prérogatives avec acharnement et au sein de la Commission Européenne les luttes d’influence sont la règle. Sans parler de la lutte pour l’hégémonie dont la France et l’Allemagne sont les championnes avec les manifestations d’arrogance que nous constations quotidiennement et qui enragent les citoyens des pays peu peuplés et que les autres continus d’appeler les petits pays, comme si ces derniers étaient peuplés de gens de moindre importance qu’eux. Seul le Royaume-Uni se tient à l’écart comme s’il avait compris dès le début que tout cela n’est qu’un cauchemar ou, au mieux, un rêve impossible. Le vieux rêve européen de reconstruire la puissance de l’Empire Romain et qui a été au centre de toutes les guerres continentales (l’Église, l’Empire Carolingien, Le Saint-Empire romain germanique, les Guerres Napoléoniennes, le Nazisme) s’est toujours mal terminé. Je pense que tout le monde est maintenant conscient de cela et il ne sert à rien de s’entêter. Il va nous falloir trouver une autre manière de vivre ensemble en paix que de construire un empire et de se donner comme seule perspective de devenir une grande puissance.

Le rêve fédéraliste européen et la monnaie unique qui devait en être le premier jalon doivent maintenant être abandonnés avant la catastrophe. Car c’est maintenant la solution que l’on cherche pour résoudre la crise qui est elle-même la crise. On ne peut maintenir l’Euro sans fédération or cette fédération est impossible entre États régaliens. L’Europe des États ne formera jamais un État. Mais si nous voulons vraiment réaliser le projet fédéraliste en Europe, alors il nous faudra le construire à partir des unités historiques des États actuels (ländereien en Allemagne, nations en UK, régions en France, provinces en Italie, communautés autonomes en Espagne, etc.). On peut aisément douter de la réalisation de cette solution pour le moment; mais plus tard qui sait? En attendant, il est urgent de mettre fin à cette quête de l’impossible harmonisation entre  les gouvernements des États de l’UE et à l’expérience de la monnaie unique actuelle. Mais s’il ne peut y avoir de Super-État nous pouvons continuer à construire un droit démocratique interétatique dont les membres sont les citoyens des États actuels. Conservons donc la Cour Européenne de Justice et continuons d’étendre progressivement ses prérogatives pour le bénéfice de  tous les citoyens. Continuons la construction de l’égalité et de la déhiérarchisation du monde.

Jacques Jaffelin, novembre 2011

Vous avez dit gentillesse?

C’est la journée de la gentillesse. A les entendre parler de gentillesse, j’ai envie de leur demander d’aller se faire voir chez les Grecs en ce moment ou chez les Syriens qui manifestent ou chez les ouvriers licenciés ou chez les « indignés ». Je me demande ce qu’ils auraient à leur dire à part: « allez! soyez gentils, rentrez chez vous et pas de vagues, hein. »

Alors je pense à Baudelaire, mais surtout à Hannah Arendt de qui je paraphraserais la profonde intelligence et je leur dirais: la gentillesse, tout comme la compassion, sans l’égalité et la justice est une des plus puissantes complices du diable.

Jacques Jaffelin, 12 novembre 2011