Archives mensuelles : avril 2014

De l’agora athénienne à l’agora mondiale, la démocratisation reprend son cours après de multiples dévoiements

Les commentateurs de tous bords observent, ébahis, des citoyens voter comme ils l’entendent sans obéir à aucun parti, ou aucun clan particulier. Ils semblent jouer avec les élections au lieu de les prendre aussi sérieusement que les politiciens professionnels dont c’est le gagne-pain. Pire, ils changent de camp juste pour punir ou peut-être pour se punir d’avoir cru aux promesses des uns et des autres. Mais que se passe-t-il donc dans la démocratie? Eh bien! Justement, rien de démocratique ou très peu. Le processus de démocratisation s’est arrêté depuis bien longtemps. Depuis le temps ou l’invention de la représentation s’est dévoyée en professionnalisation des représentants; en politiciens professionnels.

Ce qui arrive aujourd’hui avec ce qu’ils nomment la désaffection de la politique c’est d’abord la manifestation d’un processus de déhiérarchisation rendue possible par l’usage des techniques numériques mondialisées: réseaux sociaux en particulier. Désormais, les professionnels, les experts, les gens de pouvoir peuvent parler, cela ne vaut désormais pas davantage que la parole de chacun. C’est la fin des hiérarchies, de toutes les hiérarchies instituées et constituées: hiérarchie des classes, des races, des religions, des cultures, des bureaucraties, des richesses, des savoirs, etc. Les partisans du capital libéré de toute contrainte ont voulu détruire progressivement toutes les anciennes solidarités dont ils se sentaient menacés depuis le XIXe siècle pour réduire les êtres humains à des individus isolés, séparés, bref! totalement aliénés au sens propre du terme et ils se retrouvent avec ce qu’ils redoutaient le plus, de nouvelles solidarités, spontanées, non constituées et capables de tout bouleverser. Ils ont peur à nouveau et ils cherchent maintenant à tout contrôler dans le « nuage » en espérant endiguer les révoltes à venir. Ils croient encore en leur pouvoir absolu de manipulation, comme l’Église après « la grande catastrophe » de l’invention de l’imprimerie. Mais le processus de démocratisation se socialise mondialement! Il reprend son cours après des siècles d’essais, d’erreurs et de dévoiements de toutes sortes.

Désormais la possibilité technique d’un processus de démocratisation accéléré est rendu possible avec la fin des représentation ou avec des représentants révocables à tout moment. Des citoyens commencent à saisir que c’est bien eux qui ont leur destin entre leur main et qu’ils peuvent prendre des décisions. Ce n’est pas l’idée qui est nouvelle, c’est la possibilité de la réaliser.

Jacques Jaffelin, avril 2014

Le transhumanisme, quand la science paranoïaque devient religion universelle

Depuis le temps qu’ils en rêvent, des scientifiques ont enfin trouvé la voie pour se proclamer officiellement religion de l’humanité et de l’homme nouveau, améliorable, éternel et perfectible à l’infini. Cette fois, la paranoïa s’installe en se proclamant la raison à venir. Le système paranoïaque mis en place est celui des machines qui vont tout contrôler. Cette fois, la toute puissance du savoir mécanique devient l’Église universelle du XXIe siècle; avec la promesse de la vie éternelle, de la santé généralisée, la mort et l’autodestruction gagnent encore du terrain. L’utopie communiste est désormais battue à plate couture.

Jacques Jaffelin, Avril 2014