DIALOGUE DE SOURDS

 

Le physicien. - Que trouvez-vous à redire à cette proposition d'Einstein dans un article de 1940, Les fondements de la physique théorique: "Les expériences sensibles forment la matière qui nous est donnée; mais la théorie qui doit les interpréter est faite par l'homme. Elle est le résultat d'un processus d'adaptation extrêmement laborieux: hypothétique, jamais complètement achevée, toujours sujette à la controverse et au doute." ?

N'Guo. - Simplement que la proposition "les expériences sensibles forment la matière qui nous est donnée" est tout autant théorique et humaine que l'expression qui la suit.

Le physicien. - Mais vous ne pouvez nier que le chat existe bel et bien; que vous le voyez, le touchez, le sentez, etc.

N'Guo. - Vous ne pouvez nier que le concept d'existence est un concept humain.

Le physicien. - Mais qu'en savez-vous? Comment pouvez-vous affirmer que le chat n'utilise pas quelque chose comme un concept d'existence.

N'Guo. - Comment pouvez-vous le savoir?

Le physicien. - Peut-être qu'un jour nous parviendrons à communiquer avec les chats pour le savoir.

N'Guo. - Je vous donne donc rendez-vous à ce moment-là qui sera certainement un grand événement de l'histoire des sciences.

Jacques Jaffelin

 

  remonter              flechec.gif (880 octets)    considérations intempestives   flecheD.gif (875 octets)            flechec.gif (880 octets)    télécharger ce texte   flecheD.gif (875 octets)