Traitement sociosomatique des troubles relationnels et de la socialisation


Pour envoyer vos messages [courrier]


Intervention thérapeutique selon les modes relationnels suivants :

Les modes de somatisation

(sexe, goût, odorat, chaleur, kinésie, ouïe, vue, pensée)

Les modes de relation

(sexualité, amitié, convivialité, rivalité, autorité, sacralité, idéalité)

Les modes de socialisation

(famille, association, cité, entreprise, institution)

Les modes d'acculturation

(mœurs, traditions et coutumes culturelles)


La sociosomatique

    1. Les relations que nous nouons avec nos semblables ne sont ni des interactions ni de simples échanges de quelque chose (messages, objets, sentiments). Elles s'effectuent sur la base de divers changements du corps (ou modes de somatisation) dont on doit jouer comme d'un répertoire croissant avec une grande souplesse. Ces changements et cette souplesse doivent s'apprendre au cours de notre socialisation; toute faille dans cet apprentissage, tout blocage de ce dernier pour une raison ou pour une autre et toute rigidité entretenue ou fixée, engendrent des troubles divers qui ne sont pas toujours traités comme il conviendrait.
    2. Toute relation difficile avec les autres (conjoint, famille, entreprise, association, minorité, etc.), chaque problème relationnel, s'exprime toujours sous la forme de troubles organiques (impuissance, frigidité, bégaiements, angoisses, trac, rougissement, pâleur, migraine, sudation, rhumatismes, maux de ventre, etc.) qui peuvent déboucher sur des maladies chroniques (paralysie, migraines, ulcères, inflammations, infarctus, etc.). Cela permet de saisir combien notre système nerveux ne se limite pas au cerveau et au système neurovégétatifs mais à l'ensemble synergique des organes.
    3. Chacun d'entre nous élaborons tout au long de notre socialisation une conception du monde humain. Cette conception doit sans cesse être mise à l'épreuve. Plus cette conception est rigide et close, plus nous aurons des difficultés à saisir les nouveautés qui s'offrent à nous et en particulier les nouvelles personnes avec lesquelles nous serons amenés à entrer en relation et plus également nous aurons de difficultés à manifester notre créativité en nous enfermant dans des rituels et des routines. Cette conception du monde humain propre à chacun d'entre nous doit être considérée comme notre création personnelle. C'est par elle que nous déterminons les formes de notre implication dans le monde humain, et qui est responsable de nos problèmes lorsque nous la figeons en dogme immuable. Nous appelons cette conception et sa dynamique le processus sociosomatique (ou PSS) de la personne; c'est son "style de vie", pour reprendre une expression d'Alfred Adler.
    4. L'intervention thérapeutique consistera donc tout d'abord à déterminer chez la personne consultante ce qui au cours de l'élaboration se son processus sociosomatique l'a conduit à développer ses symptômes qui constituent autant d'impasses dans la poursuite de sa socialisation. Le thérapeute mettra ensuite en place, avec la personne, des techniques permettant de sortir de ces impasses, afin qu'elle apporte sa créativité au monde humain.

 Qu’entend-on par socialisation ?

 La conception des problèmes en sociosomatique

    1. Les modes de somatisation: sexe, goût, odorat, chaleur, kinésie, ouïe, vue, pensée;

    2. Les modes de relation: sexualisation, amitié, convivialité (coopération), rivalité (compétition), autorité (séduction), sacralité (lois, symboles, imaginaire), idéalité (conceptions, mythes, religions, théories);

    3. Les modes de socialisation: famille, association, cité, entreprise, institution.

    4. Les modes d'acculturation: cultures (mœurs, traditions, coutumes)

 Le traitement sociosomatique

 Sociosomatique, relation et communication

 À qui la thérapie sociosomatique s'adresse-t-elle ?

barupbtnne.gif (886 octets)   remonter   barupbtnne.gif (886 octets)                                                                                       flechec.gif (880 octets)    télécharger ce texte   flecheD.gif (875 octets)